Séranon

Mairie de Séranon
4, Rue de la Mairie
06750 Seranon
Tel : +33(0)4 93 60 30 40
mairiedeseranon@wanadoo.fr
www.seranon.fr



Situé tout d’abord sur la crête, à la dangereuse époque des invasions "barbares", Séranon s'est ensuite bâti dans la plaine, au pied d'une impressionnante falaise creusée par l'érosion, bien exposé plein sud, dans un site bucolique de collines boisées. Aujourd'hui le village semble jouir d'une paisible et douce quiétude. Entouré de splendides paysages qui invitent à de nombreuses promenades. Si la commune vaut surtout pour ses paysages, une petite visite du village vous permettra d'apprécier un lavoir, une fontaine (datée de 1898) et un terrain de boule, typiques du Midi … Mais aussi des marronniers majestueux, quelques ruelles en pente conduisant à une placette, où sont exposés aux curieux de vieux engins agricoles !

Les incontournables :
- La bastide de Broundet : propriété de Louis Lombard marquis de Gourdon, maire de Grasse en 1815, la bastide de Broundet accueillit dans la nuit du 02 au 03 mars, l’empereur Napoléon 1er de retour de l’île d’Elbe, qui y prit de brèves heures de repos, sans pour autant dormir, tant il craignait pour sa vie. À son arrivée à Séranon, l’empereur y trouva le sieur Blaise Rebuffe, régisseur du marquis de Gourdon, qui lui mit à disposition la bastide. « L’empereur s’installa dans le château et y passa la nuit tout habillé, sur un fauteuil accoudé à une table, près duquel il oublia en partant, un flacon d’eau de Cologne ». Le bataillon bivouaqua autour de la Bastide et brûla toute la nuit la provision de bois du marquis. Chaque année, vers la mi-juillet, un grand spectacle musical son et lumière, mis en place et réalisé par les Séranonnais eux-mêmes, se déroule devant la bastide de Broundet.

- Chapelle Notre Dame de Gratemoine : le nom énigmatique de cette chapelle romane est dû à la déformation progressive du latin « gradiva » qui signifie « degré » et « caminus » qui signifie « chemin ». Ces termes font allusion à la situation de l’édifice, ce dernier étant bâti sur le seul point élevé de la plaine, au pied de laquelle passait autrefois, une antique voie romaine de communication. La chapelle Notre-Dame de Gratemoine, donnée par le sieur Pons Arbert au prêtre Isnard d’Auriol, fut citée pour la première fois en 1060, dans une charte de l’abbaye de Lérins. La chapelle était à l’origine l’église paroissiale, avant de devenir, vers la fin du XIe siècle, prieuré de l’abbaye de Lérins. Au début du XIIe siècle, les moines reconstruisent l’église, flanquée au sud d’une chapelle baptismale, dont les restes remaniés constituent désormais la chapelle Notre-Dame de Gratemoine, telle qu’elle apparaît de nos jours. Après le Moyen-âge, la nef sera réduite à la première travée par la construction d’un nouveau mur de façade.

- Ruines du vieux Séranon : à l’origine, le village de Séranon était perché sur la crête, au sommet de la montagne par crainte des invasions. Une fois cette dernière écartée, les habitants s’installèrent dans la plaine, plus hospitalière et plus propice aux travaux agricoles. Accrochées sur les « barres » et surplombant le vieux village de Séranon, subsistent les ruines encore imposantes de l’église Saint Michel. Ces ruines qui semblent défier le temps, témoignent du passé historique de la commune. L’église fut construite au tout début du XIVe siècle par Louis de Villeneuve, seigneur de Séranon, dont les terres ont été érigées en marquisat en 1506.

Dormir sur la commune...